[Partie 2] 4 étapes pour concevoir une stratégie web

Cet article est la suite d’un premier article, où nous avons discuté de la définition de sa stratégie et des choix des canaux web. Aujourd’hui, nous aborderons 2 autres étapes : celle du choix des outils pour faciliter son organisation sur les réseaux sociaux, puis nous parlerons des moyens pour mesurer son retour sur investissement.

Avant toute chose, si vous souhaitez spécifiquement vous former au métier de community manager, je vous invite à suivre ce tutoriel très complet de Open Class Room. Ce tutoriel vidéo explique très bien les bases du community management. Ici, ce ne sera pas des bonnes pratiques que je vous partage, mais plutôt un tableau des outils à utiliser.

3. Organiser ses réseaux sociaux à l’aide d’outils

Mettre en place un compte Twitter et une page Facebook ne semble pas compliqué. Le plus gros du travail consiste à l’animation de ces pages; pour bien animer, il faut savoir distinguer plusieurs missions :

  • L’écoute : ou autrement dit, notre veille quotidienne
  • Les publications : lorsque vous partagez un article ou que vous rédigez un post
  • L’animation : les interactions avec les membres de votre communauté

Et pour gérer tout cela, il faut savoir s’organiser pour que votre temps de travail quotidien ne soit pas impacté. Oui, car on devient rapidement accros aux notifications. Je suis tombée récemment sur cette vidéo, qui nous explique plutôt bien cette addiction aux réseaux sociaux :

1. Votre smartphone : une arme à double tranchant

Votre portable peut s’avérer très utile pour s’organiser dans cette animation. Mais attention à ce que cela ne soit pas intrusif. Prenez le soin de bien définir dans les paramètres de l’application (que ce soit Twitter, Facebook, Pinterest, Linkedin…) les options de notifications, pour ne pas être alerté au moindre mouvement sur la toile. Et au-delà d’un bon paramétrage, il faut absolument réussir à mettre de côté le téléphone quand on travaille. Le laisser juste à côté de votre clavier, l’écran visible, n’est définitivement pas conseillé (je parle par expérience). Je suis tout de suite moins concentrée, me laissant intriguée à chaque fois que celui-ci s’allume ou vibre. Et je suis par conséquence beaucoup moins efficace…

Organisation bureau smartphone

Malgré cet aspect négatif – qu’il faut considérer – je ne peux que vous conseiller d’utiliser votre smartphone pour gérer votre compte. Déjà, quelque chose qui peut sembler évident, c’est l’installation des applications sur votre smartphone. En effet, si comme moi, vous passez du temps sur votre portable (dans les transports en commun, lors des pauses café etc.), alors vous pouvez profiter de ce temps pour passer votre quart d’heure sur les réseaux sociaux.

Dans mon cas, voici mon quotidien sur mon smartphone, que j’utilise principalement pour de la veille :

  • Vers 8h45, quand je prends le bus pour partir à Col’inn, je fais un tour rapide sur Facebook, je like quelques posts; puis je vais sur Twitter pour scroller les dernières actus et retwetter (RT pour les intimes) quelques articles intéressants
  • Arrivée à 9h, j’allume mon ordi et en profite pour checker mes mails et répondre à ceux en attente (je les notes avec une étoile sur Gmail). Puis vers 9h15 je vaque à mes occupations et je m’y mets à 200%, sans laisser mon portable me déconcentrer (enfin, j’essaie)
  • Quand j’ai fini de manger vers 13h, j’en profite pour regarder si je n’ai pas de notifications ou de messages en attente, dans le cas où j’ai publié quelque chose. En effet, la réactivité est tout de même quelque chose d’important (même si cela n’est absolument pas vital, rappelons-le)
  • Et en fin de journée, dans le bus, je prends un temps pour lire les articles que j’avais mis de côté le matin même : je me détends et je profite de ce temps pour apprendre des choses intéressantes

2. Les outils d’automatisation

De nombreux outils, gratuits ou payants, sont disponibles. Ici, je vous présenterais les 2 principaux que je connais, à savoir Hootsuite et Buffer. Mais si vous voulez découvrir d’autres outils, je vous invite à découvrir cet article : les 60 meilleurs outils pour le community management.

  • Hootsuite

Parmi la liste d’outils proposés dans le lien ci-dessus, Hootsuite semble être le plus complet. Il peut paraître compliqué à utiliser : je le recommanderais plutôt pour un usage professionnel des réseaux sociaux. Cet article vous détaille ses fonctionnalités, si vous souhaitez aller un peu plus loin.

Hootsuite permet à la fois de publier des posts, mais aussi et surtout faciliter sa veille. Il est vraiment pratique pour créer des tableaux; je l’utilise principalement pour une veille approfondie sur Twitter.

Hootsuite

Ici, j’ai créé des tableaux pour me faciliter ma veille avec des recherches par mots clés. Sur le tableau que vous voyez, j’ai listé plusieurs #Hashtag qui m’intéressaient. Cela permet d’avoir toute l’information sur une seule et même page web. L’avantage est d’avoir cette vision globale et de ne pas se perdre dans 36 000 onglets pour avoir à chercher son information.

Buffer

Comme Hootsuite, en version gratuite, Buffer permet de gérer 3 comptes, j’ai donc choisi ma page Facebook professionnelle, mon compte Twitter (que j’utilise à titre professionnel) et mon compte Linkedin. Mais à vrai dire, j‘utilise Buffer principalement pour publier mes tweets. En effet, c’est là que je publie le plus et dois être la plus régulière. J’essaie d’organiser la semaine avec 3 tweets par jour environ (pour alterner entre matin, midi et soir). Le reste, je le fais à mes heures perdues, pendant les temps de transports etc.

Buffer analysis

Ce qui est intéressant avec Buffer, c’est de pouvoir connaitre la portée de ses publications, pour ainsi améliorer sa stratégie par la suite (savoir quels horaires sont les plus efficaces, quels types de contenus etc.). Sur l’image ci-dessus, on peut voir que le mot clé #Inspiration, couplé avec #Webdesign a eu un potentiel énorme en terme de visibilité (7 500) : cela me donne donc une piste pour un prochain post !

Cette partie analyse nous permet donc d’amener la transition sur le retour sur investissement, autrement appelé ROI (Return On Investment).

4. Mesurer son ROI

C’est bien beau de passer de l’énergie sur internet, entre la rédaction d’article de blog, l’animation et évidemment la « procrastination ». Mais quel est le réel impact ? Pour analyser ce fameux retour sur investissement, je commencerais par vous dire que Google Analytics est Roi (ouuuuh, petit jeu de mot !)

google analytics

Je ne peux que vous conseiller d’intégrer Google Analytics à votre site ou votre blog. Cet outil vous permet d’analyser en détail le comportement des internautes sur le site, et répondre à des questions essentielles pour trouver les axes d’amélioration :

  • Combien de temps une personne reste-t-elle sur le site ?
  • A quel moment l’internaute abandonne sa navigation ?
  • Par quel biais les utilisateurs arrivent-ils sur mon site ? Google image ? Réseaux sociaux ? Recherche Google ? (…)
  • D’où viennent les utilisateurs ? France ? USA ? …
  • Quel support est le plus utilisé ? Mobile ? PC ?

Toutes ces informations sont importantes : elles permettent de mieux cibler les points à améliorer et ne pas passer à côté de quelque chose d’évident. Il n’est pas simple d’identifier les canaux qui nous apportent du trafic, ou encore de connaitre son taux de rebond ou son taux de conversion…. Seuls les chiffres parlent ! (Nous pouvons donc garder notre intuition pour d’autres choses, Google se charge du reste 😉 ).

Ensuite, il existe des outils d’analyse intégrés directement aux plateformes :

  • WordPress nous propose sa version du Google analytics, mais les informations restent très limitées (nombre de visites, articles vus, horaires et jours les plus influents…)
  • Facebook nous propose également l’analyse de données, dans l’onglet « Statistiques » dans la gestion de votre page
  • Twitter a créé Analytics Twitter, qui permet de connaitre les « impressions » de ses tweets, faire un bilan sur le nombre de tweets et la visibilité que cela engendre

Il y a évidemment d’autres outils, parfois plus spécifiques. Je n’entrerais pas plus dans le détail pour cette fois-ci. Mais si vous avez des outils intéressants que vous utilisez, n’hésitez pas à les partager en commentaire !

travail organisation

En espérant que cela vous a été utile… A très vite pour de nouveaux articles !
Léa

Images from © Freepik

2 réflexions au sujet de « [Partie 2] 4 étapes pour concevoir une stratégie web »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *